1ère édition du guide pour comprendre l'innovation technologique

Nous en sommes conscient : notre monde du numérique peut s’avérer très difficile à appréhender pour une personne extérieure.

OUI, je vous le confirme, nos conversations contiennent parfois plus de mots anglais que de notre langue natale.

OUI, on pourrait croire que nous répétons un nouveau dialecte pour le prochain film de science fiction… 

Je vous comprends, lire un article sur le numérique, l’innovation technologique ou encore sur la transformation digitale peut vite devenir une contrainte. Votre cerveau ne capte malheureusement pas tous les termes barbares que nous employons.

La conclusion : faire votre veille peut vous prendre plusieurs heures et vous avez du mal à retenir le message clé de nos articles.

Après l’événement du CES de Las Vegas du début du mois de Janvier, un moment très attendu dans le domaine de l’innovation technologique à échelle mondiale, vous avez certainement pu constater la multitudes de termes employés pour décrire ces innovations. 

Nous avons donc décidé de vous aider à y voir plus clair !

Par une série d’articles intitulés “Le Guide pour comprendre l’innovation technologique” nous allons vous faire RE- découvrir des mots qui vous paraissaient jusqu’alors sortis d’un dialecte intergalactique. Vous faire connaître aussi des nouveaux termes qui sont déjà ou seront employés bientôt par tous les médias.

Nos articles ne seront efficaces QUE s’ils vous sont utiles.

LE GUIDE POUR COMPRENDRE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE #1

Pour ce premier article nous allons étudier 5 termes techniques très utilisés en ce moment pour illustrer différentes innovations technologiques. Cela vous permettra de bénéficier de bonnes bases pour commencer.

(Pour information, nos liens vers les différents produits ou startups ne sont pas sponsorisés, nous vous proposons simplement de découvrir des exemples concrets qui nous paraissent intéressants en toute bienveillance !

IOT : Internet Of Things

IoT est un raccourci qui désigne “Internet of Things” ou autrement dit dans notre belle langue française : “l’Internet des objets”.

Le terme d’IoT illustre tout l’écosystème des objets connectés, les produits physiques (les objets) mais aussi tous les enjeux économiques et marketing liés à leurs créations. Il est beaucoup utilisé car il résume très bien le fait de parler de l’innovation d’un produit connecté à internet. L’IoT est notre spécialité chez Matière Noire, ce monde nous passionne. Il permet de connecter le monde physique au monde virtuel par le biais d’objets.

Pour comprendre simplement les caractéristique d’un objet connecté, voici ces principales caractéristiques :

– Il possède des capteurs intelligents

– Il récupère de la donnée (température, rythme cardiaque, luminosité d’une pièce, géolocalisation…). Elles sont ensuite transférées à une interface web ou mobile.

– L’objet permet à son utilisateur (particulier ou entreprise) d’étudier les données récoltées et d’en faire une analyse.

L’arrivée de cet écosystème des objets connectés fait réellement évoluer la relation Homme – Objet, elle devient en réalité plus intelligente. L’objet peut deviner les besoins de son utilisateur. L’Homme n’a parfois même plus à interagir physiquement avec l’objet pour communiquer avec lui. Le monde de l’Internet Of Things engendre aussi beaucoup d’autres recherches et innovations technologiques, notamment sur le traitement des données ou les enjeux de sécurité par exemple. On parle même aujourd’hui d’IoE :Internet of Everything traduit littéralement en français : “Internet de Tout”. Ce terme a été inventé par Cisco. La définition est un peu plus abstraite que l’Iot car il propose d’aller au delà de l’internet des objets. IoE comprend non seulement l’Internet des Objets, mais il inclut aussi les données, les processus, les gens…

Voici quelques exemples d’objets connectés :

Nous en trouvons de plus en plus dans le domaine des transports. Les enjeux : nous déplacer toujours plus rapidement et de manière plus intelligente. Nous utilisons donc des outils dans l’objectif de bénéficier d’un meilleur confort de voyage ou pour assurer une meilleure sécurité sur la route pour nous et les usagers. Voici un exemple d’innovation : les vélos connectés. Une startup nantaise nommée Velco vient de recevoir un prix au CES de Las Vegas 2018 pour son guidon connecté. http://velco.bike/fr/

La technologie s’installe aussi dans le domaine de la santé, elle est souvent illustré comme la “e-santé” (encore un nouveau terme à assimiler je vous l’accorde…). De nombreuses technologies peuvent en effet accompagner le domaine médicale dans son évolution et faciliter la vie des patients. Une entreprise nommée PK Vitality développe par exemple une montre connecté pour les diabétiques. Elle permet de gérer son taux de glycémie sans prélèvement de sang, ce qui facilite au quotidien la vie des diabétiques. Elle a été récompensée au CES en 2017 et est commercialisée cette année en 2018 : http://www.pkvitality.com/fr/ktrack-glucose/

L’industrie entre actuellement dans une ère 4.0 où la technologie devient omniprésente. Beaucoup de tâches physiques et stratégiques sont aujourd’hui robotisées. E-cobot, une startup nantaise, propose par exemple aux industriels de transformer leurs robots en cobot. À la différence des robots, les cobots ont besoin de l’homme pour exister. L’idée de cette startup est notamment de proposer un cobot qui assiste les salariés à la préparation des commandes en usine. http://www.e-cobot.com/


La Domotique

Ce mot désigne un ensemble de technologies connectées destinées à un usage précis : le contrôle des systèmes d’un bâtiment ou d’un habitat (maison, entreprise, lieux publics etc).

Tous ces objets connectés apportent des solutions pour répondre à ces besoins :
– besoin de confort lié au pilotage d’appareils : ouverture d’une porte de garage à distance, fermeture des volets par commande vocale.
– maîtrise des dépenses énergétiques : suivi de température intérieure, optimisation de l’éclairage artificiel.
– sécurité : alarmes, vidéo-surveillance.

À savoir : les objets liés à la domotique peuvent être visible ou invisible.

Ils peuvent également être utilisés grâce à un centre de contrôle situé sur une plateforme web ou mobile.

Voici deux entreprises qui proposent des objets connectés dans la domotique :

QIVIVO est une startup nantaise qui propose un thermostat connecté intelligent. Il permet de comprendre comment est répartie la consommation d’énergie dans notre maison ou appartement. http://www.qivivo.com/fr/

LIFX est une entreprise qui propose des ampoules connectées intelligentes. Grâce à ces ampoules, vous pouvez contrôler à distance l’éclairage de votre chez vous. Elles s’adaptent aussi aux musiques diffusées dans la pièce, peuvent programmer un réveil en lumière ou s’éteindre automatiquement. https://eu.lifx.com/


AR – Augmented reality ou RA – Réalité augmentée

La réalité augmentée a été un des sujets phare de l’événement du CES de Las Vegas en janvier dernier. C’est une technique permettant d’insérer en temps réel un élément 2D ou 3D dans une image réelle sur un écran. Cette technique n’est pas nouvelle mais nous voyons tout récemment émerger de nombreuses applications pour cette technique.

Elle se définit comme une interface entre le monde réel et les données virtuelles. Concrètement, c’est en fait la perception de l’utilisateur qui est augmentée. L’utilisateur va observer par le bais d’un écran (appareil photo, écran d’une tablette, d’un smartphone, lunettes d’un casque de RA ) une vision de la réalité proche de lui modifiée

La réalité augmentée peut être utilisée dans de nombreux domaine, notamment dans le domaine du divertissement grâce aux jeux vidéos.

Nous avons choisi deux autres exemples utiles pour améliorer notre quotidien.

La réalité augmentée va être bientôt mise à disposition du SAMU grâce à des casques Hololens. Cela doit permettre un suivi personnalisé des patients et une récupération d’informations plus rapide sur leur état de santé.

Elle peut également être utilisé pour améliorer la gestion logistique dans les entrepôts.


VR – Virtual reality ou RV – réalité virtuelle

La réalité virtuelle souvent confondue avec la réalité augmentée correspond à une réalité simulée par ordinateur. Elle simule la présence physique d’une personne dans un environnement artificiel.

Cet environnement peut être généré par un ordinateur, une console de jeu ou un smartphone. L’utilisateur peut évoluer et interagir avec les éléments qui constituent cet univers virtuel. La réalité virtuelle en plus de solliciter notre vue, peut également utiliser nos sens du toucher, de l’ouïe et de l’odorat, cela dépend du matériel utilisé pour l’immersion. À savoir : la VR peut être la reproduction du monde réel ou alors un univers imaginaire. Elle est utilisée aujourd’hui n’importe où grâce à des casques spécifiques ou peut être mise à disposition grâce à des équipements présents dans des salles dédiées.


AI artificial intelligence ou IA intelligence artificielle

L’intelligence artificielle peut être sembler très conceptuel pour la plupart d’entre nous et c’est en partie le cas. Cela désigne en effet un ensemble de concepts et de technologies mises en application pour concevoir des machines capables de simuler l’intelligence.

Défini comme une science cognitive, elle fait appel à la fois aux réseaux neuronaux, à la logique mathématiques et à l’informatique. L’objectif de l’IA : rechercher des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité. Cette science désigne en fait des dispositifs imitants ou remplaçants l’humain dans l’utilisation de ses fonctions cognitives.

Il y a deux notions à connaitre : l’IA forte et l’IA faible. l’IA faible représente le 1er niveau d’intelligence artificielle, appelée aussi “IA descendante”, elle tente de construire des systèmes de plus en plus autonome; la machine simule l’intelligence. Elle suit un programme informatique, ne sort pas de son champ d’action défini, utilise beaucoup de données et apprend dans son domaine. L’IA forte est quant à elle divisée en plusieurs niveaux. Le plus haut niveau se nomme “ASI” : “artificial super intelligence”. Elle représenterai une IA capable d’avoir des capacités supérieures à l’espèce humaine. L’IA forte est en train de naître au fil du temps grâce aux IA qui apprennent au fur et à mesure de leurs activités. Une IA devient “forte” lorsqu’elle possède uniquement les règles du jeu et apprend tout d’elle même. Il n’existe aujourd’hui aucune IA forte capable de dépasser l’être humain dans son intelligence et d’atteindre le niveau ASI. La définition de IA forte est encore à l’étude aujourd’hui car certaines personnes reconnaîtrons une Intelligence artificielle comme forte uniquement lorsqu’elle sera dotée d’une conscience.

Voici deux exemples d’IA faibles qui tendent à devenir de plus en plus fortes :

L’outil Google Translate se base depuis 2016 sur une IA appelée GMNT : Google Machine Neural Translation. Cet IA a décidé toute seule de créer un langage pivot artificiel pour lui faciliter le travail et améliorer sa qualité de traduction. L’intelligence artificielle a donc compris seule ce qu’elle devait faire et a créé une intelligence très puissante qu’aucun humain ne comprend à l’heure actuelle.

Un programme nommé Deepmind a battu le champion européen 5-0 au jeu de Go et 4-1 pour le champion coréen. Ce qu’il faut savoir : le jeu de Go est un jeu très complexe de stratégie. Nous n’attendions pas de tels résultats avant une dizaine d’année.

 

J’espère que ce petit lexique vous est utile ! N’hésitez pas à nous donner vos retours via notre compte twitter @matnoire et à nous envoyer vos idées pour nos prochains guides.